Posts de Imane Lahlou

Du vide à la plénitude

vie à plénitude

Du vide à la plénitude

C’est un pur délice pour le corps physique de se nourrir en savourant les aliments.  Prendre le temps de déposer amoureusement le carré de chocolat dans notre bouche; le laisser fondre en étant présent et disponible pour accueillir la symphonie qu’il réveille au contact de nos papilles gustatives et de notre corps.

Même s’il est grandiose et intense, le plaisir demeure une sensation éphémère. Il est certain que lorsque le carré de chocolat n’est plus dans la bouche, nous avons besoin d’un deuxième morceau. Lorsque nous ne sommes pas les artisans des valeurs qui tissent le sens de notre vie, nous  répétons l’expérience en espérant ressentir encore plus de plaisir. Nous ressentons un malaise, mais nous poursuivons l’expérience en espérant apaiser la sensation de vide qui nous habite. Le plaisir implique le désir. Un désir inassouvi implique le manque. Le manque implique la frustration. La frustration implique le besoin. Lorsque vous mangez sans faim, vous êtes-vous déjà demandé si votre besoin réel était les chips ou le chocolat?  Y a-t-il dans votre vie des besoins ou des désirs inassouvis? Nourrissez-vous vos rêves, vos passions et vos talents? Si au cours de votre journée, vous accomplissez des tâches sans ressentir de la satisfaction et de la joie, vous allez vous sentir vide et inutile.

Par ailleurs, est-il possible que vous confondiez le plaisir et la joie? La joie est à mon sens une expression de l’amour présent au plus profond de chacun d’entre nous. La joie est un état d’effervescence qui nous enveloppe d’une énergie de plénitude et de paix. Le plaisir implique une stimulation extérieure alors que la joie émane de notre être intérieur. En espérant ressentir de la joie nous cumulons parfois les plaisirs ou nous multiplions les expériences qui nous procurent de la reconnaissance et de l’approbation. Le plaisir, en carence comme en excès, crée des déséquilibres et nourrit cet état de manque. Que ce soit la nourriture ou toute autre expérience procurant du plaisir (alcool, cigarette, drogue, réseaux sociaux, etc.), elles ne font qu’inhiber momentanément les émotions, la douleur et la souffrance et nous éloignent encore plus de notre essence. Le vide semble encore plus grand et nous répétons les expériences qui nous tiennent prisonniers de la dépendance, de l’insécurité et de la culpabilité.

L’alimentation nous amène à apprivoiser ce vide intérieur qui aspire à la joie, à l’amour et à la reconnaissance de soi. Dans ces moments où nous nous sentons impuissant et dépendant, le plaisir n’est plus présent. Ce que nous cherchons est au-delà de notre assiette. Ce que nous cherchons est en nous.

Tout en douceur

Imane

Texte inspiré de La santé en toute simplicité

Pour plus d’inspiration, de connaissances et d’outils pour prendre soin de votre santé, découvrez mes livres